CCAS

Le Centre Communal d'Action Sociale


Pas toujours facile de passer la porte du Centre Communal d'Action Sociale (C.C.A.S.). Inquiétude, honte, désarroi, mal être…. Et pourtant il est plus facile de trouver une solution à vos problèmes quand ils sont décelés le plus tôt possible.

Mais, vous vous posez certainement cette question : A quoi sert le C.C.A.S. de ma commune ?

Il a une mission de solidarité, d’écoute, d’orientation et de coordination. Le C.C.A.S. travaille en partenariat avec les institutions et associations à caractère social : Atout'âge, la Maison Départementale des Personnes Handicapées (M.D.P.H.), la Mission locale, la Direction Générale Adjointe des Solidarités (D.G.A.S.), le Centre Médico-Social du canton du Loroux-Bottereau, l'épicerie solidaire Dépan'Epices, La Banque Humanitaire, et bien d’autres encore,...
A chaque demande une solution existe qui peut être différente de celle à laquelle vous avez pensé mais qui sera adaptée à votre situation. Les problèmes qui viennent se greffer à votre demande d’aide sociale ne sont pas toujours visibles. L’écoute y est donc primordiale afin que nous puissions trouver une solution ensemble.
A l'occasion de toute demande d'aide sociale, un dossier est établi sur votre situation familiale, professionnelle et financière. Votre demande passe, par la suite, en commission.

Il y a deux types d’aides : l’aide sociale légale et l’aide sociale facultative.
La première en nature ou en espèces vise à compenser des déséquilibres financiers dus à la maladie, à la vieillesse, au handicap des personnes qui ne peuvent être aidées par d'autres moyens. Les demandes d'Allocation Personnalisée d’Autonomie, de téléassistance, d'aide-ménagère, la prise en charge des frais de séjour en maison de retraite et de placement des personnes handicapées entrent dans le cadre de l'aide sociale légale.
La seconde correspond aux aides non obligatoires dépendant de la politique sociale menée par la commune. Le C.C.A.S. peut attribuer des prestations en espèces (remboursables ou non) et en nature : secours d'urgence ou bon de carburant, par l’intermédiaire d’associations, etc. Ces aides ponctuelles permettent à des personnes en difficulté de régler certaines factures, comme les frais d'électricité, d'eau. Le C.C.A.S. peut intervenir en complément des dispositifs d'aide, généralement soumis à des barèmes de ressources, dans lesquels les personnes sont engagées. Cependant, les personnes en difficulté qui ne bénéficient d'aucun dispositif d'aide peuvent se tourner vers le C.C.A.S.

Le C.C.A.S. organise aussi chaque année un repas pour les aînés de plus de 70 ans.

La gestion du C.C.A.S.

Établissement public communal, il est administrativement distinct de la commune et dispose d'un budget autonome. Ses recettes proviennent majoritairement des subventions versées par la commune. Géré par un conseil d'administration, le C.C.A.S. est présidé de droit par le Maire, Anne CHOBLET. Carine GUINEHUT, adjointe déléguée aux Affaires Sociales, en assure la vice-présidence. Il est constitué paritairement d'élus locaux désignés par le Conseil Municipal et de personnes qualifiées dans le secteur de l'action sociale, nommées par le Maire : des représentants issus des associations familiales, de personnes handicapées, de retraités et de personnes âgées et des bénévoles engagés dans la lutte contre l'exclusion. Le Conseil d'Administration détermine les orientations de la politique sociale locale et vote le budget. Ses membres se réunissent en commission et émettent leur avis sur les dossiers à traiter. Les dossiers de demande d’aide facultative sont présentés aux membres de la commission, tous soumis à un devoir de réserve.

Le C.C.A.S. est ouvert sur rendez-vous uniquement en contactant le secrétariat de la mairie au 02.40.33.72.30.


Registre des personnes fragiles et isolées


Le registre des personnes fragiles et isolées permet de bénéficier de l'information et de l'aide nécessaire lors du déclenchement du plan d'alerte et d'urgence.
Le registre des personnes fragiles et isolées

L'épisode caniculaire de l'été 2003 a mis en évidence l'isolement et la grande vulnérabilité d'un nombre important de personnes âgées. 

Afin de prévenir les conséquences que pourrait avoir un événement exceptionnel (canicule, grands froids, épidémie, etc.), la loi du 30 juin 2004 et son décret d'application du 1er septembre 2004, instaurent dans chaque département un Plan d'Alerte et d'Urgence Départemental (PAUD). 
Déclenché par le Préfet, il vise à apporter rapidement conseils et assistance aux personnes les plus vulnérables. 
Afin de mettre en place une veille et de mobiliser les services auprès des personnes les plus fragiles, notamment en cas de plan grand froid ou de plan canicule, le maire est tenu d'instituer un registre nominatif des personnes âgées et des personnes handicapées de sa commune vivant à domicile, qui en font la demande. 
La finalité exclusive de ce registre est de permettre, en cas de déclenchement par la Préfecture du plan d'alerte et d'urgence consécutif à une situation de risques exceptionnels, climatiques (canicule, par exemple) ou autres, de vous apporter les conseils et l'assistance nécessaires aux personnes fragiles. 

Les personnes concernées sont : 


les personnes de 65 ans et plus résidant à leur domicile,
les personnes de plus de 60 ans reconnues inaptes au travail et résidant à leur domicile,
les adultes handicapés résidant à leur domicile,
les personnes sous assistance respiratoire,
les personnes qui nécessite pour des raisons médicales un branchement électrique.

Comment s'inscrire ? 


    par écrit à l'aide du formulaire mis à disposition en mairie,
    par téléphone auprès de la mairie (02.40.33.72.30),
    par mail à ccas@laremaudiere.fr

· En téléchargeant le formulaire ci contre


> La confidentialité des données est assurée par le secret professionnel qui lie les agents, nommément désignés par le Maire, seuls habilités à enregistrer, traiter et modifier ces données. La radiation de ce fichier se fait à tout moment sur simple demande.